3.9.04

Ideias feitas

Uma das ideias pré-concebidas mais em voga é de que Bush dilapidou o capital de simpatia que os Estados Unidos acumularam depois do 11 de Setembro.

A esse repeito, transcrevo aqui um texto de Finkielkraut publicado a 2 de Outuro de 2001. O extracto é longo:

"Je me trompais: la métaphysique du crime originel est inébranlable.

Trois semaines ont passé depuis le 11 septembre et déjà la stupeur se dissipe. Les mots reviennent, et, avec eux, les vieux schémas. L'examen de conscience prend la relève de l'épouvante. À peine entrons-nous dans la période du deuil que la pensée progressiste s'affaire à instruire le proccès de la puissance américaine. Il n'y a pas de fumeée sans feu, dit le Tribunal, pas de révolte sans bons motifs, pas de terrorisme pour rien. L?Amérique n'a été si spectaculairement frappée que parce qu'elle est coupable. Coupable de vouloir gérer à elle seule toute la planète. Coupable d'étrangler la population irakienne par un embargo qui a déjà fait des centaines de milliers de morts. Coupable de ne pas avoir signé le protocole de Kyoto visant à réduire l'émission de gaz à effet de serre. Coupable d'avoir fabriqué des talibans, et Oussama Ben Laden. Coupable d'avoir llaissé ses créatures réduire à l'état de poussière les deux bouddhas géants de la vallée de Bamyan sans réagir autrement que par des protestations formelles. Coupable de faire payer aux Arabes un crime commis par les Européens en imposant la présence au Proche-Orient de l'État d'Israel. Coupable, quand elle ne l'instrumentalise pas, d'humilier l'Islam. Coupable de ne pleurer que ses propres victimes et de se laver les mains de catastrophes bien plus graves, comme le génocide du Rwanda, en les baptisant "crises humanitaires". Coupable donc de surenchérir par le racisme lacrymal sur son impérialisme sans pitié.

On se prend á penser, devant ce réquisitoire monumental, qu'il n'existe sur la terre aucune injustice dont le pays de la bannière étoilée puisse se dire innocent. L'intégralité du mal lui revient..."

Sem comentários:

Publicar um comentário

Não prometo responder a todos os comentários, mas prometo que fico grato por todos.