11.8.09

Écrire

Enfin, toujours faut-il croire encore que ce que je fais puisse être appelé "écrire". J'en doute. Plutôt "un monstre avance petit à petit dans le noir. Il sait que j'ai un abysse tout près et ne sais pas où est-il, le gouffre. Je ne puis donc pas fuir précipitamment. Il avance, le monstre, sous le couvert de l'obscurité totale. J'essaye donc de m'échapper en palpant le sol de mes pieds et mes mains; ce qui inévitablement me ralenti. Mes pas sont minuscules; je n'avance pas. Le monstre va bientôt me rattraper - déjà son souffle m'effleure le cou".

Sem comentários:

Publicar um comentário

Não prometo responder a todos os comentários, mas prometo que fico grato por todos.