4.5.12

Déconner, ordre et autres choses

Il est des jours où j'ai envie de déconner. On ne peut déconner qu'en français, qui, paradoxalement, est une langue sage. L'on ne peut boire qu'en français, aussi; mais les deux faits - car ce sont des faits - ne sont point liés.

C'est à dire: la raison pour laquelle on ne peut déconner qu'en français n'est point la même que celle qui nous dit que le langue de l'ivresse est le français. Je ne sais pas si c'est clair.

D'où vient ce besoin de clarté, d'ailleurs? On s'en foût de la clarté. Miles Davis était clair; John Coltrane aussi; Wayne Shorter; Peggy Lee; Jeanne Lee. Une multitude de gens - pas besoin de les citer un par un.

On a assez de clarté, c'est ça que je veux dire. L'on peut aller la chercher à de multiples adresses.

........
La seule clarté intéressante, valable, perenne est celle de la mer. Au bout de quelques jours de mer tout devient clair: après quelques jours de mer l'on peut déconner plus qu'au bout de quelques années de vie.

Peut-on mélanger les jours de mer, les annés de vie et une bouteille de vin? Je pense que oui, à condition d'y ajouter Miles Davis et Jeanne Lee.

........
Le français est un voyage dans le temps.

........
Déconner: à Paris, rue Daguerre; à la Rochelle, partout; à Marseille au resto juif juste derriére l'Opéra; à Dunkerque au bar du yacht club; quelque part dans le Doubs chez Tante Yvonne. En Bretagne. N'importe où.

Déconner: un plateau de fromages, plusieurs bouteilles de vin, une paire de nibards, un ventre, un cerveau. Sans déconner.

........
L'on ne saurait déconner en mer. Serait-ce là le seul défaut de la mer?

........
Déconner c'est poser des questions sans réponse et répondre à des questions que l'on ne nous a pas posées. Tant mieux.

Déconnons donc: tu ne me poses pas de questions. Laissons la sensible question des réponses pour après.

Mon français flanchit. Il n'est plus fluide. Y a-t-il un rapport entre la fluidité et la connerie?

........
Disons donc ainsi: excusez-moi bon Dieu, j'aimerais déconner. L'envie soudaine me prend de chanter accroché à un arbre devant la Closerie des Lilas; ou en sortant du Caveau de la Huchette, où par ailleurs Inácio ne travaille plus, ce qui par ailleurs démontre qu'il n'y a point de limites à la connerie, par ailleurs. Ou à l'injustice.

Le monde est un lieu injuste, heureusement. Si non l'on s'y emmerderait comme des anges au paradis.

Je songe aux moines.

........
Déconnons donc. Toi d'abord, moi en suite. Buvons un verre, touchons les nichons, goûtons les fromages, dans cet ordre. L'ordre est important.

Allons nous ballader dans les rues puantes de São Luís; dans celles désertes de La Rochelle; allons boire un coup au Saoufé, danser Emma à la Pilotine,



baiser dans le parc, comme si nous nous aimions. Allons boire de bières sans fin dans les moulins de la Flandres française;  baisons au bord des canaux, au bord du gouffre - y a-t-il un meilleur endroit pour baiser que le gouffre? - au bord de la vie.

Baisons à Jérusalem.



Te souviens-tu de ce que nous dansions ça? La frénésie, je veux dire. Est-ce que le vrai amour est frénétique? Je m'en fous. Faut pas poser des questions. Danser, boire, baiser. Dans cet ordre. L'ordre est important.

L'on ne saurait boire avant d'ouvrir la bouteille, ni l'ouvrir avant de l'acheter, ni l'acheter avant de voir la pleine lune au bord de la rivière Bakanga, qui par ailleurs est une merde de rivière. Peut-être devrions-nous en touver une autre? Ma rivière favorite est le Congo, mais ce n'est point une rivière, c'est un fleuve.

........
Imaginons qu'un jour je mets de l'ordre dans tous les gouffres aux bords desquels je t'ai aimée.

Resterait-il de l'espace pour déconner, après? Non, que des gouffres, que Dieu soit loué.



Je reécoute Emma, repense à toi et au gouffre et me demande comment faisions nous pour transformer un lit, si souvent, en abîme. Tous les jours. Est-ce parce que nous nous aimions que le gouffre se montait, tel un cirque? Ou est-ce que parce que le cirque apparaissaît que nous nous aimions? Te souviens-tu? Le sais-tu? Le savions-nous, quand nous nous baisions au bord de la falaise, la mer en-dessous et quelques étoiles en témoins?

"Il n'y a pas que baiser dans la vie, voyons. Mais il n'y a rien de mieux, c'est vrai". Nous écoutions-nous, quand nous nous disions des choses pareilles? Je ne le pense pas. Nous étions trop occupés à déconner. C'est pourquoi j'ai envie de déconner, aujourd'hui. Dans cet ordre. L'ordre est important.

Sem comentários:

Publicar um comentário

Não prometo responder a todos os comentários, mas prometo que fico grato por todos.