28.5.14

Lettres de Lisbonne

Oui. Il ne faut guère se taper la tête conter le mur, s'arracher les cheveux, se donner des coups de poings. J'ai pris un peu de poids. Personne ne vient à Lisbonne pour maigrir. Et oui, le machin dans le sang doit être à des niveaux himalayéens; on s'en fout, il descendra de lui même. Ou bien on le fera descendre, on lui tirera dans les pattes. Lisbonne va bien et se recommende. Te salue bien. Tu lui manques, qu'elle me dit.

Je m'y noie: ginginhas - tiens, Sr. Manuel est mort, étouffé -, piratas, vin au Vertigo, mon nouvel antre. Elle s'offre comme une vieille poufiasse, Lisbonne: en cachant beaucoup plus que ce qu'elle donne à voir.

Il fait beau et frais: temps de printemps. Dommage que tu ne sois pas là, n'est-ce pas?